Seneweb.com Accueil |   Gerer ce blog   

EXTIRPER(EXTRAIRE) DES PAGES D'UN LIVRE N'EST-IL UN CRIME?

Posté par: Magueye faye| Vendredi 19 octobre, 2012 15:51  | Consulté 10723 fois  |  16 Réactions  |   

Samba brusquement ramassa son sac

 Et Accourut vers la bibliothèque.

La bibliothèque centrale,

A l’édifice de forme spéciale,

Au toit concave parabolique,

Ouvrant sur l’océan atlantique,

D’une façade d’augure du décor inouï,

Communément appelée en sigle BU,

Dotée  d’une technologie de nouvelle *conception*.

A l’UCAD elle est le centre névralgique de documentations.

Samba se dirigea vers la case des langues étrangères.

Un nombre varié de documents rangé par étagère.

Un climat calme y régnait,

En telle enseigne qu’on ait

L’idée noble de ne rien cliqueter.

Des bosseurs bachotaient tout à coté

Le matériel éparpillé disséminés sur les desks 

Ces passionnés des connaissances livresques

Feuilletaient, puisaient chargeaient la tête.

 -Samba disait : *Sité*que de nombreuses facettes !

Au chemin du succès c’est chacun pour soit

Venir s’amuser ou travailler, on a droit au choix.

Samba choisît la voie de la réussite qu’est l’effort.

La quiétude du lieu lui donna un plus de confort.

Au moins cette classe vaillante, bosseuse

Me réconforte et vivement m'encourage !

Samba n’avait oublié son fort pacte,

Devenir un rat de bibliothèque.   

Il était à la biblio pour un livre très recherché,

 Une œuvre en déficit sur tout le marché.

Oups il chercha vainement.

Il ne trouva guère ce document.

En tant que jeune épris de justice,

Grand chanceux rescapé d’injustices,

Samba était aussi intéressé du droit.

Au deuxième niveau dans l’autre paroi,      

Il alla à la recherche d’un bon livre sur ce domaine.

Là aussi il trouva un important riche patrimoine   

Rédigé par de grands docteurs bien réputés. 

Samba fouillait sans tomber sur le livre souhaité.

Soudain il aperçut un truc au fond du tiroir,   

Un petit livre dissimilé difficile à voir. 

 -Ce n’est pas possible, je n’y crois pas.

Le voici !dit samba et puis il l’extirpa. 

Il fut surpris de voir dans ce compartiment

Un document du département allemand.

Il dit que çà serait une faille des tenanciers ?

Ils devraient se tromper de casier ?

A peine que samba ouvrit l’ouvrage

  -Il houspilla : quel crime !quel dommage !

Le livre a été déchiré à moitié.

Une pratique vraiment d’animosité !

 -Donc le barbarisme des étudiants est partout ?

Non se lamentait-il je n’en crois pas du tout.

Tout à coup il interrogea un monsieur.

 -Qui a commis cet acte mal sérieux ?   

Dit-il en tendant le manuel à l’agent, le surveillant.

L’homme le prit le tâta puis secoua la tête en riant.

 -Mon frère tu es là depuis quand ?

 -Depuis seulement quelques temps.

 -Ah oui c’est pourquoi ! dit l’agent.

C’est un fait fréquent chez les étudiants.

Ce n’est point insolite

D’y voir un pareil acte.

Les deux étaient en plein débat.

 -Je croyais dit samba

Que les lecteurs sont policés

 Et qu’ils n’aurait commis cet acte insensé.

Comment peut –on abimer s’exclame-il

Pour son intérêt crypto-personnel

Une propriété collective ?

Quelles ignobles dérives !

 -C’est une grande blâmable forfaiture

De la trempe d’étudiants à l’égoïsme pur ;

De cancres d’insolence anarchique ;

Doublé d’une insensibilité fanatique.

Ces genres d‘etudiants indifférents

De tout mal qui ne menace leur intérêt tyran

Sont de paresseux, flemmards

N’adorant pas trop la lecture.

Ils viennent rarement 

À l’approche des examens.

Le temps grave, ils agissent ainsi par facilité.

Mais oups fait l’agent, qu’en peut-on ?c’est *Sité*.

Samba frustré fut très insatisfait

De la probité morale de l’auteur de ce fait.

 -Déchirer ! Comme un rêve il n’en croyait.

Et puis pourquoi ne pas le photocopier ?

Bien que la photocopie du livre est interdite,

Ayant un effet négatif, un mauvais impacte

Sur les intérêts de l’auteur du livre de ses revenus.

Néanmoins elle n’altère guère la valeur du contenu.

Si la photocopie abuse le droit de propriété intellectuelle,

L’extirpation est indigne, c’est un crime contre tout un peuple.

Indigne d’un universitaire.

Samba parlait sans se taire.

Son interlocuteur souriait incessamment,

Comprenant samba, révolutionnaire du moment.

À L’UCAD on change de conviction par circonstance.

Si on est pusillanime on change souvent sous la souffrance.

 -Quel est le rôle des cameras de surveillance ?

 -elles ne marchent pas toutes, certaines sont en maintenance.

 -Et restent-ils impunis, ces cons ?

Ajouta samba très irrité, furibond.

 -Les textes stipulent bien : toute violation

Des normes est réprimée par une lourde sanction.

Alors que le règlement condamne sévèrement

Cette forfaiture orchestrée méchamment.

Mais on ne peut identifier les fauteurs.

Samba écoutait attentivement son interlocuteur.

Il supposa qu’à l’UCAD tout est anarchisé.

Et les responsabilités sont toujours partagées.

Les étudiants sont mal éduqués.

L’autorité universitaire a manqué

Son rôle de faire valoir la légalité,

La justice et tout dans l’équité.

 -Samba s’interrogea, quelle catégorie sociale

Est actuellement indemne d’anarchie au Sénégal ?

Le gars quitta Samba resta, l’air zinzin.

On entendit de nouveau l’appel du muezzin.

Les lecteurs affluèrent par masses

Vers le sanctuaire, un petit espace

 Bien délimité par des pierres,

Servant de lieu de prière. 

Apres le salut final samba s’en alla.

Cette nuit, la lune battait son éclat.

Si ce n’était cette clarté étonnante

De la lune si éclaircissante,

Ou si le temps était sombre,

Et que tout se confondit à l’ombre ;

 L’ombre du ciel et des arbres,

Samba pour rentrer devrait affronter

Toute une grande insécurité

Qui prévaut souvent en temps perdu

À l’UCAD et dans ses grandes et petites avenues.

Samba ne rencontrait en rentrant

Que des chiens de tous couleurs errant,

Quelques couples, la main dans la main

Empruntant les plus sombres des chemins ;

Pour éviter l’indiscrétion d’éléments perturbateurs

Qui pourraient déranger le dialogue cher de leurs cœurs.

Samba constata que les portes de l’UCAD furent ouvertes.

Non verrouillées, y rentraient des espèces de toute sorte.

Samba arriva très tard au pavillon.

 Ravi de pouvoir piquer un roupillon.


 L'auteur  magueye faye
Une faute d'orthographe, une erreur á signaler ? Une précision á apporter ? Ecrivez moi avec votre info ou votre correction et en indiquant l'url du texte.
Mots Clés:
Commentaires: (16)
 Ajouter mon commentaire    Afficher les commentaires
Aidez-nous à modérer les commentaires en nous signalant les insultes. Merci de votre collaboration.
Voltaire En Octobre, 2012 (16:39 PM) 0 FansN°:1
"N'est-il un crime extirper les pages d'un livre ?"
Qu'est-ce que c'est que ce français de cuisine ?
Le reste, malheureusement, est à l'avenant.
Anonyme En Octobre, 2012 (16:59 PM) 0 FansN°:2
rien compris du titre
Faye M En Octobre, 2012 (17:23 PM) 0 FansN°:3
desole ,je veut dire
dans le sens de dechirer quelques pages d'un livre d'une bibliotheque publique pour les rammener chez soi. ce sont des actes qui se passent a lucad.
Faye M En Octobre, 2012 (17:23 PM) 0 FansN°:4
veux
Rick rock En Octobre, 2012 (01:44 AM) 0 FansN°:5
J aime lire cette histoire qui est vraie parceque cela me donne la nostalgie de l ucad ou j ai fait 5 ans.Cela est triste mais cela se passe depuis des annees.Nous les senegalais nous sommes en retard des siecles ,croyez moi parceque je vis a l etranger maintenant. Nos comportements sont incroyables.bruler les bus . faire de la casse en cas de defaite.Medire et critiquer, hair . ce sont la nos points forts. J ai vraiment honte and I am sorry for my people.
Courage En Octobre, 2012 (09:21 AM) 0 FansN°:6
changez de style d’écriture pr mieux véhiculer vtre message et toucher le plus grd nbre, vous abordez des thèmes qui méritent une attention particulière de la part de tous,pr atteindre l'objectif qui est de sensibiliser la population estudiantine il est souhaitable de changer de style d’écriture car tout le monde n'aime pas ou ne comprend pas le langage de la poésie, en effet peu de personnes iront jusqu'au bout, je vois que vs êtes un habitué de cette écriture ce qui n'est pas mal mais essayez autre chose voir. Un texte style argumentatif avec des exemples a l'appui pourrait être une bonne option....explorez cette piste voir! du courage tout de même!
Faye m En Octobre, 2012 (09:39 AM) 0 FansN°:7
merci courage ,conseil bien retenu.
Documentaliste En Octobre, 2012 (10:48 AM) 0 FansN°:8
En tant que Documentaliste dans une université au Sénégal, je suis confronté à cette situation au quotidien.
Pour le style, je partage les avis de "courage".
Merci la sensibilisation.
Anonyme En Octobre, 2012 (20:55 PM) 0 FansN°:9
c'est ignoble de la part des étudiants qui le font et cet acte date depuis belle lurette.il m'est arrivé d'emprunter des oeuvres a la bu mais le plus souvent les pages les plus importantes ont été déchirées.et pour appoter un remède a cela je pense qu'il serait crucial de dépanner
les caméras de surveillances .
Un changement En Octobre, 2012 (21:59 PM) 0 FansN°:10
le probleme c que le senegalais limite le civisme au vestimentaire,tu peux voir quequ'un apparemment tres correct qui inspere le civisme met qui est capable de commettre des actes barbares.le civisme est dans le comportement et actes qui posent. quand on voit comment les etudiants des autres pays se comportent,on ressent une deception totale de l'etudiant senegalais.malgre les difficultes un etudiant doit servir d'exemple,un repere pour la jeune generation.
Du courage! En Octobre, 2012 (06:50 AM) 0 FansN°:11
Je partage l'avis de courage: changer de style d'écriture pour attirer plus de lecteurs car le sujet dont il est question est hyper important. J'ai fait 5 ans à l'UCAD avant d'aller à l'étranger.Certains étudiants de Cheikh Anta ont vraiment des comportements bizarres, des comportements qui ne sont pas dignes d'un étudiant.
Faye m En Octobre, 2012 (07:17 AM) 0 FansN°:12
merci , histoire de samba a lucad est un manuscrit qui decrit la vie de samba a lùcad,pour fustiger et denoncer lànarchie qui se passe a luniversite.malheureusement tout le manuscrit est redige en genre poesie libre ,jài vu que vous avez raison car tout le monde ne se reconnait pas dans ce style dècriture. jài dàutres textes argumentatifs mais qui traitent dàutres sujets.
vous savez beaucoup dìnternautes de seneweb sìnteressent plus aux divertissements et aux nouvelles qui suscitent la polemique.
mon objectif est que mes ecrits profitent le maximum de senegalais ,surtout les etudiants et les poussent a changer de comportemnts.mais mes ecrits ne sàddressent pas a ceux qui lisent simplement pour se divertir.
merci de vos conseils.
Nolito En Octobre, 2012 (23:07 PM) 0 FansN°:13
ecris dans le style k tu veux....les senegalais trouveront tjrs klk choz a suggerer c NOTRE nature. Fais ce k tu sens le mieu...et n'explik rien sur ton choix. k celui ki sent otre chose ecrit otr chozz.
Anonyme DIOP En Octobre, 2012 (08:41 AM) 0 FansN°:14
C'est qu'on appelle le vandalisme.
Anonyme En Octobre, 2012 (08:59 AM) 0 FansN°:15
en tout l'injustice n'est jamais vaincu par l'injustice
meme si les etudiants ne sont pas bien traites ,et que l'Etat ne s'est pas acquite de ses promesses les actes et comportements ridicules qui se passent a l'ucad sont ignobles et reflettent une degradation grave de la societe.les senegalais etaient souvent consideres dans le continent africain comme etant des gens tres civilises mais malheureusement cette bonne image est entrain de devenir une facade qui couvre un peuple non civilise.
Nenuphar En Octobre, 2012 (12:44 PM) 0 FansN°:16
M faye c un plaisir de vous lire je suis etudiante à l'ucad en master mais je sais quelque chose de ce que vous nous dites.
Au dela de l'aspect vandal de cette pratique, finalement je me dis que ceux qui font cela sont tout simplement égoistes car perso je connai cmt cela fait mal d'avoir un livre avec ne serait ce qu'une page manquante et c'est simplement écoeurant surtout quand on doit faire des recherches.

Ajouter un commentaire

 
 
magueye faye
Blog crée le 07/12/2011 Visité 216639 fois 29 Articles 3025 Commentaires 17 Abonnés

Posts recents
PLAQUEES EN OR GARANTIE ENSEMBLE COLLIER+BOUCLE D'OREILLES A 2500 fCFA
PLAQUEES EN OR GARANTIE ENSEMBLE COLLIER+BOUCLE D'OREILLES A 2500 fCFA
Fermeture des Daras au Sénégal : point de vue personnel.
Pauvreté –développement, tout est question de culture et de mentalités
Culture et développement
Commentaires recents
Les plus populaires
EXTIRPER(EXTRAIRE) DES PAGES D'UN LIVRE N'EST-IL UN CRIME?
Cheikh ahmadou bamba l'auteur generaliste
Quand la superstition et le matérialisme parental brisent des coeurs.
Le Sénégal étranglé , travaux forcés comme solutions
genereux marchant ambulant au couloir de la mort ucad