Seneweb.com Accueil |   Gerer ce blog   

merci maman

Posté par: Magueye faye| Mercredi 07 mars, 2012 20:51  | Consulté 495 fois  |  0 Réactions  |   

 

A cette journée du 08 mars je dédie ce poème

 

a gourkha faye,khoyane poya ndiaye et toutes les mamans

 

 

                  Maman

 

                   Ta mission est accomplie

Et c’est à moi de relever le défi.

Si en ces moments durant, je suis,

Essayant tant bien que mal d’exister parmi

Ces gens sensés

Se servir de leur propre pensée

Pour braver cette courte vie

Pleine d’obstacles de jalousie d’envie

D’ingratitude et de désobéissance

C’est grâce à ton immense assistance.

Je chanterai la majesté de ton être

Source de mon bien être.

Si ce n’étaient ta protection assurée

Ta soutenance morale  démesurée

Je ne serais aujourd’hui,

Ou mon effort serait toujours bredouille. 

Remède de ma misère

Tu es les fibres de mon cœur

Les condiments de mon bonheur

Le sel de mon plat, fruit de ton labeur.

Ton abnégation m’a fait gouter au meilleur beurre. 

Si je n’ai jamais pleuré sur mes genoux

A l’instar des enfants dans la rue les pieds nus

Qui baladent à longueur de journée

Ignorant où ils étaient nés

C’est que tu ne m’as jamais abandonné.

Tu ne te fatigues de m’accompagner

Au moment des belles lunes,

Sous l’orage dans les collines,

Sur les hautes montagnes,

Dans les forets denses aux épines,

Dans les eaux fétides stagnantes.

Quand jetais  tout petit,

 Faible, maigre tu m’as nanti.

Tu marchais toujours à mes cotés,

 Personne n’osait me dompter

 J’étais distrait très turbulent.

Souvent je te dérangeais en hurlant.

Je ne dormais que trop tard la nuit,

T’éprouvais et te causais beaucoup d’ennui.

Les cris matinaux de ma bouche délirante,

Hantait ton sommeil tendre de l’aube quiète.

Au petit matin sous le froid sous l’air frais

Qui infiltrent les compartiments même épais,

 Tu me portais sur ton dos,

Sur ta tête un seau d’eau.

Posément tu marchais vers la maison reculée,

Avançant à pas feutrés pour  éviter l’eau de couler.

Maman

C’est toi qui me protégeais

Contre tout danger,

Qui pouvait m’atterrir.

Qui ne fatigues de me chérir.

Au milieu de la nuit toute noire

Pour assouvir mon habitude de boire,

Tu n’hésitais à affronter l’air frôlant

Pour satisfaire mon désir horripilant.    

Aux temps rudes,

Des greniers vides,

Tu mangeais les restes de mon goûter,

A défaut tu allais au lit sans rien gouter.

   

  Maman  

Tu n’as jamais été indifférente de mon sort

Qui ne cesse de connaitre un grand essor.

Ayons plus d’estime envers la femme

Qui au fond d’elle-même porta tout homme

Encourra  tout risque, peine jusqu'à perte d’âme.

 Elle procrée tous excepté le premier prophète Adam

Qui pris de solitude avait certes besoin de madame,

Alla le comprenant bien créa notre grand-mère Êve,

Qui deviendra finalement sa compagne et sa sève.

Ce passage montre en quoi la femme est nécessaire.

Epouse, sœur mère ou fille, elle doit nous être chère.

Donc je ne me permettrai pas de me taire

Devant tout ce qui ce passe sur ma propre terre.

Nos sœurs sont meurtries, leurs droits bafoués

Nos épouses instrumentalisées et mal traitées.

J’aimerais vraiment faire valoir la vérité.

Soyons claire, je ne prône pas la parité.

Ne déformez pas mes mots.

Ni me traitez d’idiot.

Je dénonce simplement une grande injustice,

Bannie par le livre sacré et bien sur par les hadiths.

Orchestrée par des gens suivant leur propre souhait.

Je serai si le temps me le permet l’avocat dévoué

De jeunes filles meurtries par cette autorité parentale

Qui il faut le dire ne fait que semer le pire que du mal,

Dans notre société en se camouflant derrière l’islam.

Et pourtant le coran a bien défendu la femme

Et condamné tous ceux qui l’amputent de ses droits.

Il me parait tellement maladroit,

Que suivant Son propre envie,

 Faire échanger quelqu’un sans son avis.

Le vrai amour ne se force ni s’oblige.

Il s’affiche lui-même et c’est le cœur qui le dirige.

Mais même si ce dernier excité d’un seul coup s’exprime,

L’esprit parfois loin de l’appuyer l’accuse et le réprime.

Ce dernier s’intéresse plus sur les qualités,

 Les valeurs morales, comportements et probité 

Amis, famille, entourages, passion, foi

Les talents et même les habitudes des fois.

Donc donnons à ces deux le choix

De chercher pour sois

De trouver un compromis.

Si non plu tard ils seront ennemis.

Et un jour l’un aura raison sur l’autre,

Des solutions il n’en aura pas d’autres

Les deux conjoints seront contraints à la rupture.

                  La postérité appelée à resserrer la ceinture.

                  Les enfants seront de vrais martyrs.

                  Ce mal affectera tout leur avenir.

J’ai levé ma plume pour plaider en leur faveur.

Je compatis à leur profond malheur.

Qu’ont-ils fait pour être victimes

 De tous ces malheurs précoces.

Moi-même ne suis-je pas victime de ce fait atroce?

Certes non, car j’ai hérité un trésor

De maman qui n’a jamais eu tort.

Maman

Je me réjouis au fond de mon cœur

De tes bonnes mœurs.

De tes qualités morales

De ta générosité géniale.  

Donc merci toi fille de KHOYANE

DE GANA beau fils de DIALANE

Toi qui m’as épargné par justesse

De l’arrogance et de l’ignorance

                  Qui m’as enseigné ce qu’est la patience

De la dévotion, de la persévérance.

C’est grâce à toi que j’ai cru au travail

Dont tu m’as initié sans faille

A l’effort personnel

Clef de la réussite de la vie actuelle

Maman

Merci de m’avoir bien éduqué.

Si l’indiscipline m’a manqué

Et que je ne suis ni cossard ni soulard

Tu as droit à des remerciements de ma part.

magueye faye

 L'auteur  magueye faye
Une faute d'orthographe, une erreur á signaler ? Une précision á apporter ? Ecrivez moi avec votre info ou votre correction et en indiquant l'url du texte.
Commentaires: (0)

Ajouter un commentaire

 
 
magueye faye
Blog crée le 07/12/2011 Visité 217564 fois 29 Articles 3029 Commentaires 17 Abonnés

Posts recents
PLAQUEES EN OR GARANTIE ENSEMBLE COLLIER+BOUCLE D'OREILLES A 2500 fCFA
PLAQUEES EN OR GARANTIE ENSEMBLE COLLIER+BOUCLE D'OREILLES A 2500 fCFA
Fermeture des Daras au Sénégal : point de vue personnel.
Pauvreté –développement, tout est question de culture et de mentalités
Culture et développement
Commentaires recents
Les plus populaires
EXTIRPER(EXTRAIRE) DES PAGES D'UN LIVRE N'EST-IL UN CRIME?
Cheikh ahmadou bamba l'auteur generaliste
Quand la superstition et le matérialisme parental brisent des coeurs.
Le Sénégal étranglé , travaux forcés comme solutions
genereux marchant ambulant au couloir de la mort ucad