Seneweb.com Accueil |   Gerer ce blog   

Samba et Touti,retrouvailles des amoureux !

Posté par: Magueye faye| Mercredi 07 novembre, 2012 15:51  | Consulté 994 fois  |  0 Réactions  |   

Le programme de développement durable

A été lancé pour booster le secteur agro-industriel

Afin d’élever le revenu annuel des agriculteurs.

Les jeunes en exodes faisaient leur retour.

Samba était la fierté du village.

Il était pour les jeunes une digne référence.

Rien ne se faisait dans le village sans son accord.   

Une année, d’ailleurs une des plus prospères,

Une famille qui avait déménagé depuis longtemps

Qui était partie s’aventurer en ville bredouillement,

Revint au village dans l’espérance.

Le chef avait entendu parler de la renaissance

Du village des ses ancêtres.

Il voulut rentrer retourner à la terre

Reprendre ses champs qu’il avait confiés au chef du village.

Il était le père de Touti de la tragédie au collège.

Samba était dans son bureau

Quand on l’annonça l’arrivée d’un vieux ;

Demandeur d’asile,

Une insertion socioprofessionnelle.

Un quinquénaire avec sa progéniture

 Attendant impatiemment dans la cours.

 Samba les appela à entrer.

 -Tu es plus apte à opiniâtrer !

Donc va discuter avec lui, tu es intellectuelle!

N’oublie surtout pas de lui dire que tu as fais l’école

Pour qu’il puisse t’offrir un bon travail.

Dit le vieux à une de ses filles.

La fille très enthousiaste faisait des ok par la tête.

Son CFEE à la main et Elle frappa à la porte.

Doucement pour se faire croire civilisée, pour affrioler.  

En même temps Le vieux égrenait son chapelet,

Faisait son incantation pour que son vœu se réalise.

 -Entrez fit samba en voix douce.

La nénette avançait à pas feutrés, l’allure hésitante.

Samba d’une cordialité réconfortante  

Se mit debout pour mettre son hôte à l’aise.  

Soyez la bienvenue mademoiselle, prenez place!

Dit samba, et il tourna le visage vers la figure de la fille.

 Incroyable ! Je rêve ! Touti, c’est toi ?c’est vrai ? Il fit. 

La fille s’extasia, perdit conscience

Et tomba sur les bras de samba en extase.

Ils s’embrassèrent, tous deux se caressèrent, se turent,

Pour ne pas dissiper un instant leur bonheur,

Leur amour retrouvé tant attendu.     

Leur amour qu’ils avaient perdu.

Ils ne disaient rien, ils se regardaient les yeux dans les yeux,

Se contemplaient, se souvenaient de leur passé d’amoureux.

Chacun d’eux retrouva sa source d’amour.

Le lieu de son confort.

Son bonheur pour toujours.

Les larmes de Touti ruisselèrent

 Sur les épaules de l’ex copain ; 

Qui le calmait par les caresses de sa main.

Ils restaient accolés, profitant

 Du plaisir de l’instant.

Samba eut voulu s’enquérir de la situation de Touti.

Mais les questions exacerbaient les pleurs de son ex amie.

Elle devrait avoir vécu  d’émouvantes douleurs.

Sans mot !ils restèrent s’enchevêtrer pendant une heure.

Le vieux fatigué d’attendre

Commença à se plaindre.

 Il vit qu’il faut qu’il aille

 Chercher sa fille.

Il entra et tomba sur cette scène extravagante.

D’un ton rude il interrogea, c’est ça que vous faites ?

Samba s’affola et se releva pour s’expliquer.

Touti fondu en larmes, sentit plus piqué.  

 -C’est impossible c’est toi samba ?

Je t’ai cherché vainement.

Dit le vieux après avoir reconnu le fiancé.

Samba se tut, senti très agacé.

Très remonté contre ce vieux

Qui avait failli gâter toute sa vie.

Mon fils ajouta le vieux pingre.  

 -Je vous ai beaucoup causé du chagrin.

J’ai ruiné la vie de ma fille innocente.

J’étais très obnubilé par l’argent et la réussite.

  Mon fils je te prie de m’excuser.

J’avais une mauvaise conception du succès.

J’avais cru que sans l’argent point de bonheur

Et que la richesse offre tout. Quelle erreur !

Un des enfants de mon meilleur ami.

Était parti clandestinement en Italie.

Son père lui avait préféré Touti comme épouse,

Parce que disait-il elle était discrète et pieuse.

L’émigré avait envoyé de l’argent.

Et voulait pour le plutôt possible épouser mon enfant.

Pouvais-je refuser en tant que meilleur ami de son père ?

En tant que pauvre *Baadolo*pouvais-je refuser cette offre?

L’immigré ayant été en situation irrégulière

Et ne savait exactement quand est-ce que revenir.

Mais il avait voulu une femme dans sa maison familiale.

Une épouse qui serait capable d’aider sa mère au travail.

Il avait promis de bien traité son épouse ainsi que sa famille

Et reviendra avec beaucoup d’argent dès qu’il aura des papiers.

C’était une occasion pour devenir riche

Et d’être respecté au village. 

Comme dans la tradition du village

 La femme n’avait aucun mot à dire de son mariage.

J’avais donné la main de Touti à cet émigré

Sans son gré.

À ma grande surprise elle avait refusé catégoriquement.

Et offusqua qu’il aime son camarade de classe samba.

Cette réplique me déchirait le cœur.

 -Sans sous peut-on parler d’amour ?

Un élève, un chômeur

 Peut-il te donne du bonheur ?

Avais-je demandé à ma fille Touti.

Elle jura de n’envisager quitter son ami.

On me calomniait partout dans le village

Car ma fille avait refusé de se donner en mariage.

Ainsi je la forçai à se rendre au domicile conjugal.

Elle était partie par respect de ma parole.

Touti s’était enfermée dans sa chambre

Pendant des mois,elle était toujours en pleurs.

Pendant trois ans elle vivait en couple virtuel.

Dans la douleur dans une solitude cruelle.

Son mari était toujours en occident

Et appelait seulement de temps en temps.  

Touti n’était véritablement qu’une femme de ménage.

 Un jour elle s’évada de la maison sans bagages,

Ni sous ni rien, pied nus.

Elle s’était sauvée vers une destination inconnue.   

Je l’avais cherché vainement.

Et on me dit qu’elle était partie chercher son amant.

Toutes les nuits Je ne dormais plus.

Je regrettais de l’avoir forcé.

Apres trois mois d’âpres recherches,  

Avec l’aide de tous les proches,

J’avais retrouvé Touti, toute seule,

À Dakar la capitale,

Dans des conditions délicates.   

Elle était trop souffrante.

Je l’eus ramené chez elle, moi en personne.  

À ma surprise son mari avait marié une italienne.

L’européenne devrait l’aider

À bénéficier des papiers italiens.

 C’est comme si on m’avait annoncé

L’arrivée  de l’apocalypse. 

Mon cœur ne battait plus.

J’avais une rupture de tous les muscles.

J’étais reste hagard

Ne sachant quoi faire.

Il n’y avait pas d’autres issues.

On avait qu’à opérer le divorce.

Le vieux relatait ce récit émouvant et  affreux

En se mettant en genoux devant les amoureux.

Implorant leur pardon la tête courbée

Les deux amants restées bouche bée

Furent toujours accolés.

Le soir même le mariage a été scellé. 

L’effort avait payé

La haine humiliée

Le préjugé démenti

L’amour avait encore vaincu.

 L'auteur  magueye faye
Une faute d'orthographe, une erreur á signaler ? Une précision á apporter ? Ecrivez moi avec votre info ou votre correction et en indiquant l'url du texte.
Mots Clés:
Commentaires: (0)

Ajouter un commentaire

 
 
magueye faye
Blog crée le 07/12/2011 Visité 216627 fois 29 Articles 3025 Commentaires 17 Abonnés

Posts recents
PLAQUEES EN OR GARANTIE ENSEMBLE COLLIER+BOUCLE D'OREILLES A 2500 fCFA
PLAQUEES EN OR GARANTIE ENSEMBLE COLLIER+BOUCLE D'OREILLES A 2500 fCFA
Fermeture des Daras au Sénégal : point de vue personnel.
Pauvreté –développement, tout est question de culture et de mentalités
Culture et développement
Commentaires recents
Les plus populaires
EXTIRPER(EXTRAIRE) DES PAGES D'UN LIVRE N'EST-IL UN CRIME?
Cheikh ahmadou bamba l'auteur generaliste
Quand la superstition et le matérialisme parental brisent des coeurs.
Le Sénégal étranglé , travaux forcés comme solutions
genereux marchant ambulant au couloir de la mort ucad